Le concordat de 1801 : un "compromis éminemment social"

-

avec Jean-Philippe REY, agrégé et docteur en histoire

Au lendemain de Marengo et de la paix de Lunéville, le Premier consul peut négocier en position de force la réconciliation religieuse. S’il tend la main au pape et clôt un cycle de confrontation ouvert par la Révolution, Bonaparte obtient un compromis tout à fait favorable à la République. Signe d’apaisement, le concordat permet de surcroît à la France de prétendre réintégrer l’ordre social européen.

Lieu: Le Collège Supérieur - 17 rue Mazagran - 69007 Lyon

Retour