Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?

-

Avec Jean-Pierre Dramisio, philosophe

Oublier le passé semble être la condition de tout "à-venir". Pour que ce qui vienne soit nouveau, pour que ce qui vienne ouvre des possibles, il est nécessaire de laisser le passé dans le passé, de le laisser à sa place. Ainsi, le futur peut apparaître comme un espace de liberté. Pourtant, l'attachement au passé, que cela soit remémoration ou commémoration (au plan individuel, voire intersubjectif, ou collectif) est aussi la condition pour que cet avenir ait un sens, pour que ces possibles ne répètent pas les erreurs passées, pour que la liberté ne soit pas absurde. Faut-il, dès lors, oublier le passé pour se donner un avenir ?

Lieu: Le Collège Supérieur - 17 rue Mazagran 69007 Lyon

Retour